Actualités

 

 

 

Concert 29 juin Festival Jazz Pote, Thionville.

 

 

Actualités - SighFire

Presentation

 

Peter Corser  saxophone, clarinette et voix

Hasse Poulsen  guitares et voix

Emmanuelle Borghi  piano et synthétiseur

 

Sighfire est essentiellement un trio. Un trio avec trois personnalités distinctes et différentes. Peter Corser de Stratford-upon-Avon donne le ton avec son jeu répétitif minimaliste et sa voix et ses paroles sorti du rock anglais progressif. Hasse Poulsen de Copenhague ajoute de la dissonance et de l'anarchie avec ses improvisations et sa colère énergique, tandis que Johan Dalgaard d'Aarhus rassemble les fils dans un son chiadé de plus haute qualité.

Au-dela d'un trio d'immigrés (tous trois vivent à Paris depuis plus de 20 ans) SighFire joue avec de nombreux solistes, sur leur CD, seuls les chanteurs sont entendus mais SighFire travaillent beaucoup avec des danseurs, des cinéastes et des peintres.

Sur le CD on entend plusieurs chanteurs invités: le chanteur égyptien Abdullah Miniawy qui est un porte-parole hypnotique du nouveau rêve égyptien, il participe à une série de concerts en 2018; Mounir Troudi de Tunisie qui represente la grande tradition de chanteurs soufi; le phénomène de la chanson française André Minvielle a écrit les paroles de Démocratie; Claudia B. Poulsen chante Be my Sextoy Tonight avec un accent français érotique; Enfin, Sanseverino chante sa propre Ballade de Bébert Cellier. Il a participé à plusieurs concerts avec SighFire.

C'est une musique qui excite: C'est frais, c'est nouveau, c'est de la musique des nouveaux mondes, remplie de mélanges, d'imagination et le désir de faire une différence.

 

 

Peter Corser saxophone, clarinet and voice

Emmanuel Borghi keyboards

Hasse Poulsen guitar, bass and voice

Sighfire is basically a trio. A trio with three distinct and different personalities. Peter Corser from Stratford-upon-Avon sets the tone with his minimalistic repetitive playing and a voice straight from progressive English rock. Hasse Poulsen from Copenhagen adds dissonance and anarchy with his improvisations and energetic wrath, while Johan Dalgaard from Aarhus brings together the threads in a poppish sound of the highest quality.

Besides being a trio of immigrants (all three have lived in Paris for over 20 years) SighFire plays with a number of soloists. On the CD only singers are heard but SighFire also works a lot with dancers, film makers and painters at concerts.

Featured on the album we have the singer Abdullah Miniawy from Egypt, a hypnotic spokesman for the new Egyptian dream. He is present for a series of concerts in 2018. There is also the brilliant Mounir Troudi from Tunisia who is also well known as a Sufi Singer. The French song phenomenon André Minvielle has written the lyrics for Démocratie and Claudia B. Poulsen sings Be my Sextoy Tonight with a suitably erotic French accent. Last but certainly not least, Sanseverino who is a star in France sings his own Ballade de Bébert Cellier. He has participated in several concerts with SighFire. 

This is exciting music! It's fresh, it's new, it's music from the new world, filled with mixed inspirations, imagination and desire to make a difference.

www.facebook.com/sighfiremusic

https://soundcloud.com/sighfire 

contact: sighfire@gmail.com

 

 - SighFire

Lyrics from the SighFire CD

1 PURPLE FEATHERS Al SELATO AL SAMADYA          words :Miniawy music : Corser/Dalgaard/Poulsen

 

صلوني بصلة ثم صورني اصلي

أصيرورة المصرور تسبقنا بصهوة

مذكار لألغنياء مصاوب البسطاء

نصب الموصل

صور الموصالت الموصلة

صّورت ما وصل الموصول عن التخلي

ستصلى من الواصي القصي

وترمي لالقصاء اجاصة تصب النقص الكمل

صاتت المنصوبة

صاتت المصلوبة

انجدني انجدني

 

Link me with something linkable

and tell me if my personal caged thoughts in front of us

let the rich people know the simple people running towards AL-Mawsel ( in IRAQ)

show me an image of the linkable links

that showed an image of what linked human proved of leaving

you will reach the highest & then they will throw you away

to fill completeness to the lack,

the Positioned woman screamed

the hanged woman gave her voice.

Help me, rescue me.

 

2 Démocratie          French words: Minvielle, Arab words: Troudi/ Music: Corser/Dalgaard/Poulsen

 

Des mots, des crus
Des graff' ici
Les murs, cris des rues
Des mots, maux d'utopie

Mots bannis
Murs d'esprit
Des mots démolis
D'oligarchie
Démadogie
Tu nous charries
La démocratie
.......................................


Des mots crazy
D'inouïs lazzis
Bruits, fruits des nuits
De démocratie
Née de la dernière pluie

 

3 Neverlectrics         Words : Poulsen, music Corser/Dalgaard/Poulsen

 

He woke up

He got up

he stood up

he felt up

he poured up

he ate up

he flushed down

he flushed out

he rushed out

he ran off

he strode on

he rode on

he turned up

he faced up

he drew up

he threw up

he took on

he took out

he ruled out

he rolled on

he turned out

he churned out

he burned out

he learned it

he met them

he dared them

he stopped them

he scared them

he spoke up

he spoke out

he stood up

he cried out

he took one

he hurt some

he took some

he hurt one

he went down

he felt small

he came up

he faced all

he said some

he knew more

he knew some

he said more

he felt big

he took off

he was big

he squared off

he was right

he was wrong

he felt right

he felt strong

he didn't stop

he didn't turn

he wouldn't stop

he wouldn't learn

 

(Neverlectrics, Neverlectrics, Neverlectrics...)

 

4 Moujanat    words: Troudi, Music: Corser/Dalgaard/Poulsen

 

5 Green Wash    words: Al Hallaj Music: Troudi/Corser/Dalgaard/Poulsen

 

والله ما طلعت شمس ولا غربت

الا وحبك مقرون بأنفاسي

ولا جلست الى قوم احدثهم

الا وانت حديثي بين جلاسي

ولا ذكرتك محزونا ولا فرحا

الا وانت بقلبي بين وسواسي

ولا هممت بشرب الماء من عطش

الا ر ايت خيالا منك في الكاس

ولا قدرت على الاتيان جئتك

سعيا على الوجه او مشيا على الراس

مالي وللناس كم يلحونني سفها

ديني لنفسي ودين الناس للناس

 

6 La Danse Des Espèces Disparues    words: Corser, music : Dalgaard/Poulsen


À la mémoire des espèces disparues.
À tous les êtres éteints que nous ne verrons plus.
Pleurez si vous voulez cela ne changera rien
Car l'argent qui n'a pas d'odeur a toujours soif et faim.

La liste longue et cruelle s'agrandit tous les jours.
La planète pleure ses morts dans l'absence de l'amour,
Dans l'indifférence accablante de l'espèce dominante,
Couper, brûler, piller, piétiner, arrogante et puissante.

Plus de la moitié de la forêt tropicale est déjà partie
Au rythme de trente mille hectares par jour.
Sur les dix millions d'espèces estimées dans le monde
Près de trente mille meurent chaque année.
Si un jour l'homo sapiens se trouve sur cette liste
Ne comptez pas sur notre planète pour se proclamer triste.

Depuis l'an deux mille nous avons dit adieu au Rhinocéros Noir d'Afrique, à la Tortue Géante de l'Ile de Pinta, au Dauphin de Chine, au Phoque Moine des Caräibes, au Puma de l'est de l'Amérique, au Bouquetin Ibérique, à la Grèbe Roussâtre, au Canard d'Oustalet, à la Panthère Nébuleuse de Taïwan, à l'Outre de Rivière Japonaise, à la Nyctale des Bermudes, au Poisson-Chat Scioto, à l'Oiseau Chanteur Po-o-uli Masqué, à la Grenouille Plate à Incubation Gastrique, à la Souris Melomys Rubicola, au Lézard Chioninia Coctei, à l'Olivier de Saint-Hélène.

Quatre espèces de grands singes sur six sont classées en danger critique, un quart des mammifères, un tiers des poissons, un tiers des coraux,
presque la moitié des amphibiens, vingt pour cent des invertébrés, treize pour cent des oiseaux, un tiers des conifères.

Sur le point de disparaître: La Panthère de Chine, L'éléphant de Sumatra, Le Rhinocéros de Java, La Tortue Luth, Le Tigre de Sibérie, L'Orang-Outan de Sumatra, Le Gorille des Montagnes, Le Marsouin du Pacifique, Le Lépilémur Septentrional, Le Saola appelé La Licorne d'Asie.
Ce n'est pas de la mythologie.

La mer va engloutir les îles Marshall, les Maldives, les Philippines, les îles de la Polynésie, de l'Indonésie et des milliers de kilomètres carrés de terre rurale et urbaine partout dans le monde.

Dites adieu aux neiges du Mont Kilimandjaro, aux banquises de l'Arctique et de l'Antarctique, à la Grande Barrière de Corail, à toutes les forêts tropicales dans le monde qui hébergent plus de cinquante pour cent des espèces végétales et animales de la planète.

De la sécheresse pour ceux qui n'ont déjà plus d'eau, des inondations pour ceux qui ont déjà trop. Épuisée, polluée, déréglée. Détruisons jusqu'à ce que nous nous trouvions nous-mêmes sur la liste des espèces disparues.


Dance with me one more time
Dodo Joe, he didn't have a dime

Sing with me one last time
Dodo Joe, you're gonna cross the red line

Swim with me to the misty shore
Run with me, don't look forlorn

Fly with me, life is sublime
Laugh out loud one last time

 

7 Stories from the south    words by Miniawy & Al Hallaj, music by Corser/Dalgaard/Poulsen/ Troudi

 

اذ انخمر ما نوجد راحة

ويهيض وجد المحبوب علي

نا دمعتي سيالة طفاحة

فوق الخدود مصوبة مذريه

اهل المحبة يعرفوا ما بي

لو ليت ماريت وانا نايم

ريت في الجنة زوز عوارم

يحدثوا بشعاير ومعاني

من وحشهم نا صار قلبي فاني

يابابا حس الطبول اتنقمر

و السنكة زادت على مابيا

قلتلهم وعلاش هذا العسكر

قالولي زيار للا رقية

كان انتم أولاد بابا قاسم

حتي احنا أولاد صافي النية

يابابا نا شيخنا ماجانا

 

8 Simple as This

words: Corser, music : Dalgaard/Poulsen

Simple As This

This is simple I said
This is simple you said
All seemed clear
This is simple as rain
Simple as snow
Simple as hail on a blustery day

She said I can see forward through the fog of your understanding
Like raindrops washing the dirt off an old window pane
It's simple like pretending to fly when you know how to swim

Of love they speak in all the realms of human thought
A fascination for narration of what can't be told
Chosen paths that lead us to believe we can achieve
The mystery opens up and we decide we cannot leave

We cross the seas in ernest need to dare our dreamed up destinies
We know the risks and choose to heed the call of those who shout
Or sail away on hope's keen bow while the waves while away time to doubt.

You were there and then time like a slow rhyme stood still
In movement you looked up and wondered can we climb that hill
Then pain swept in and unconditional love sat weeping on the ground
All the facts were just a blur and thoughts without a sound
Would sway us left and right and in and out of how we felt
For rising winds creating waves must dance before they melt

This is simple I said
This is simple you said
All seemed clear
This is simple as rain
Simple as snow
Simple as hail on a blustery day

As old clothes of another life fell to the floor,
And you knew there was no way of closing that hopeful door.

Experiencing, faking, laughing at or searching for, in untold ways.

Anything you can do I can do better
He said when he realised he wanted to get her.
His hair was all spiky just like a red setter
And all he could think of was how he could bed her.

She knew why the men were all looking at her
She'd dressed in her best and the others were fatter
She'd slimmed at the gym and had stopped eating batter
And turned to her friends who had started to natter.

Like people feeling
Lost, in, time
Like the time when you were away and I said
I can't get by from this alone
You mustn't be afraid to be alone
You mustn't see this as the only reason
Why
If you're out, there
Don't be here
You don't be here, when I get back
Don't be here when I see you
Don't be here when I come away
This is simple
Mathematics
Science
Call it what you will
I won't be here when you get back but
That's ok
This is simple
This is simple


Sailing to you
Can you hear my pain
Only you would
All my love is

Sailing to you
Can you hear my pain
Only you would
All my Live is.

Of love they speak in all the realms of human thought.
A fascination for what cannot be told.
Experiencing in untold ways.
Chosen paths lead them to believe
that this might be possible to achieve.

We cross the seas in ernest need,
daring our dreams.
We know the risks and choose to heed
the call of doubt.
Sail away on hope's keen bow, while the waves while away the time.

You were there and time stood still,
In movement, you looked up.
Something new, old clothes,
another life fell to the floor.
and there was no way to close the door.

Pain swept in and Love wept / sat weeping

Sailing to you
Can you hear my pain
Only you would
All my Live is

Broken trees, On their knees
Climbing stoically from the sand
The sea's breath too strong for their hopeful stand
Long dry days and wistful nights
Give way to sudden storms.
The sea, always laughing here, notices not.
Brave nature struggles with water's fire.

 

9 La Ballade de Bébert Cellier       words and music by Sanseverino (éditions Narvalo et Silène)

 

10 Kharj al Batn - OF THE MIDDLE

words :Miniawy music : Corser/Dalgaard/Poulsen

 

البطن نهٌم واسقاط يعلو غريزة

ً

اضعت في بطني أحجارا

وإن عرفوا ـ خاطوا كليتاي

آلمت أقدامي العزيزة

ً مألته قدماي

 

حفرت قدرا

 

The belly is an expression of greed above all senses,

if they knew I eat stones normally, they sew my reins

oh my dear feet, I dig you in the sand today.

 

CHRONIQUE

 

https://www.citizenjazz.com/SighFire.html

 

SIGHFIRE

 

Peter Corser (ts, cl, voc), Johan Dalgaard (kb), Hasse Poulsen (g, elb, voc) + Abdullah Miniawy (voc), André Minvielle (voc), Mounir Troudi (voc), Claudia Poulsen (voc), Sanseverino (voc).

Label / Distribution : Das Kapital Records

Ce qui est bien avec Hasse Poulsen, c’est qu’on ne sait jamais à l’avance où il a décidé de nous embarquer. La plupart du temps, c’est ailleurs et en effet, il y est. Celui qu’on a connu perturbateur chez Louis Sclavis du temps de Napoli’s Walls, membre du trio Das Kapital, est aussi un songwriter accompli comme il a pu le démontrer avec The Man They Call Ass. On l’a aussi retrouvé porteur de la poésie de Langston Hughes (The Langston Project), baroudeur en duo avec le batteur Fabien Duscombs (Free Folks), chanteur de rues aux côtés d’Hélène Labarrière (Busking), boxeur de sons avec Tom Rainey (Open Fist)… Bref, on ne risque pas l’ennui avec le guitariste danois.

Cette fois, et nous reprenons là une définition que Hasse Poulsen a bien voulu nous donner lui-même, il fourbit « un beau mélange de fusion fusionnel » avec SighFire, un trio créé en 2015 qui le voit entouré de son compatriote Johan Dalgaardaux claviers et de l’Anglais Peter Corser au saxophone et à la clarinette. Définir leur musique s’avère un exercice compliqué, parce que celle-ci brasse tant d’influences (jazz, pop, rock progressif, hip hop, chanson, world) et se pare de tant de formes qu’on en finirait par réciter un dictionnaire amoureux. Le trio puise aussi bien son inspiration dans la liberté et un minimalisme électrique aux motifs sériels (« Stop The Clock », « Greenwash ») que dans un folk song planant qui voit le guitariste endosser le costume de chanteur qu’on lui connaît depuis quelque temps (« Simple As This »), une musique de film imaginaire aux couleurs brumeuses (« Inner Future ») ou un slam désabusé à vocation écologique (« La Danse des espèces disparues »). Les claviers de Dalgaard sont hypnotiques et aériens, le saxophone de Peter Corser sait aussi rappeler ses origines jazz (« Neverlectrics »).

Surtout, la présence de voix vient étoffer la panoplie du groupe jusqu’à lui conférer une dimension encore plus internationale. L’hospitalité est d’ailleurs une habitude chez SighFire qui se produit régulièrement avec des invités. Lachanson française pointe le bout de son nez avec Sanseverino et « La Ballade de Bébert Cellier », qu’on trouve à l’origine sur son disque PapillonAndré Minvielle fait une brève apparition pour chanter une « Démocratie » aux accents poético-politiques. L’érotisme, aussi, se faufile avec la voix de Claudia Poulsen (« Be My Sextoy »). Surtout, les chants arabes du Tunisien Mounir Troudi et du poète slammeur égyptien Abdullah Miniawy ouvrent en grand la porte d’une world music de toute beauté (« Purple Feathers Al Selato Al Samadya » ou « Mounajat », par exemple).

Cette profusion (le disque dure plus de 70 minutes qui filent à la vitesse de l’éclair), cette diversité et ces énergies conjuguées sont à n’en pas douter la marque d’un grand moment de musique. SighFire n’a pas manqué son rendez-vous avec le disque. Ce dernier a fait l’objet d’un enregistrement long et attentif : le résultat est à la hauteur du travail entrepris.

par Denis Desassis // Publié le 10 juin 2018
 
 

SighFire - SighFire (Das Kapital Records)

Après les excellents Three Roads Home et Free Folks parus en 2017, le label Das Kapital nous présentait le 30 mars dernier, le premier opus au titre éponyme du trio parisien SighFire, formation surprenante de fraîcheur et d'inventivité, constituée depuis 2015 par le saxophoniste anglais Peter Corser, le claviériste Johan Dalgaardet le guitariste Hasse Poulsen, respectivement originaires d'Aarhus et de Copenhague au Danemark. Elaborant des univers bariolés et sophistiquées, empreints de chanson, de musique répétitive minimaliste, de rock progressif ou de jazz, de world et de sonorités azimutées, les 3 complices convient un plateau d'invités prestigieux, à la hauteur de leur diversité d'horizons artistiques. Chacun donne de sa voix à un vaste éventail d'influences qui se croisent, échangent et se mélangent dans des ambiances accrocheuses, bien souvent enrichies de textures électroniques hypnotiques. S'y côtoient la sensualité de la performeuse Claudia B Poulsen ainsi que l'humour décapant de Sanseverino, les lyrismes absolument envoutants de Mounir Troudi (Tunisie) et Abdullah Miniawy (Egypte), puis la tendresse joueuse d'André Minvielle... 
Un gros coup de cœur!

 

https://les-chroniques-de-hiko.blogspot.com/2018/04/sigtfire-sighfire-das-kapital-records.html?m=1

 

http://jazz.blogs.liberation.fr/2018/04/23/le-free-jazz-emprunte-les-boucles/

 

Le free jazz emprunte les boucles

BRUNO PFEIFFER 23 AVRIL 2018 

(MISE À JOUR : 1 MAI 2018)

 

 

SighFire. Le guitariste Hasse Poulsen et le saxophoniste Peter Corser ont créé en 2015 le groupe, devenu trio SighFire avec le clavieriste Johan Dalgaard. Ils jouent dans des petites salles. Emballent. Dans le CD, l’on retrouve une légion de vocalistes sous la bannière de la musique en boucles, de la world répétitive, de la libre tonalité, et de l’improvisation, brandies par le trio. On relève Sanseverino (bluffante reprise du Bébert Cellier de 2015, transfigurée par le jeu lumineux à la Hasse); André Minvielle (Démocratie, déchirant); le Tunisien Mounir Troudi (son chant encore plus épanoui depuis la grande période Truffaz). L’Egyptien Abdullah Miniawy (son cri Purple Feathers al Selato al Semadya cisaille le souffle); Claudia B. Poulsen, capiteuse sur Be my Sextoy Tonight. Voici SighFire, le disque, gravé avec les renforts. Un choc. Concert le 24 mai à Montreuil (O Gib) + le 29 juin 2018 au Festival Jazz Pote (Thionville).

CD Sighfire - Label Das Kapital/L’Autre Distribution.

(Johan Dalgaard, Hasse Poulsen, Peter Corser : Photo Josselin Carré)

 

 

La pop s'immisce

 

Par Jean-Jacques Birgé, jeudi 15 mars 2018 à 00:03 :: Musique :: #3845 :: rss

 

 

 

 

 

Il y a ceux que j'envoie directement au recyclage et ceux que j'étale à vue. Ces derniers, qui sont les premiers, finiront sur les étagères, tranche lisible, ordre alphabétique par genre musical. Parmi eux j'ai choisi 3 nouveaux albums qui flirtent avec la pop, un terme daté correspondant pourtant mieux au style que celui du rock.
Comme le suggère le guitariste danois Hasse Poulsen à propos du trio formé avec son compatriote claviériste Johan Dalgaard et le saxophoniste anglais Peter Corser, c'est le temps des mélanges. Tous les trois vivent depuis plus de vingt ans à Paris, ville cosmopolite dont le melting pot attire toujours autant d'artistes étrangers malgré la politique discriminatoire qui rejette essentiellement ceux venus d'Europe de l'Est ou d'Afrique. On sera donc heureux d'écouter leurs invités, l'Égyptien Abdullah Miniawy et le Tunisien Mounir Troudi, qui chantent leurs textes ou ceux du poète ancien Al Hallaj. Si Poulsen vient plutôt du jazz, Corser fréquente quantité de milieux artistiques et Dalgaard a fait ses armes auprès de chanteurs de variétés, mais aucun d'eux ne dessine de frontières entre les genres musicaux, du folk aux improvisations contemporaines. Il n'y a donc aucune raison de s'étonner de la présence d'André MinvielleSanseverino ou Claudia B. Poulsen sur ce recueil de chansons pop aux tourneries répétitives qui doivent autant aux minimalistes américains qu'au soufisme. S'ils ont fait le choix d'appeler leur musique du jazz, c'est que le terme rassemble aujourd'hui toutes celles et ceux qui mettent en avant la recherche de formes et de timbres liée à une pratique instrumentale, le plus souvent collective, où l'improvisation ne fige jamais les œuvres, si ce n'est dans les enregistrements discographiques. SighFire figure un éventail d'émotions enthousiasmantes où planent les flammes de la pop... 

 

 

 

 

http://www.drame.org/blog/index.php?2018/03/15/3845-la-pop-s-immisce

 

 
 

 

  • 21/07/2018
  • Envoyer à un ami